Namibie (2016)

 

De Grootberg à Twyfelfontein
Damaraland'scape oddity

Though I'm past one hundred thousand miles
I'm feeling very still
And I think my spaceship knows which way to go
Petit clin d'oeil à mon idôle
David Bowie - Space oddity
Au réveil les maux de gorge sont plus forts. Comme qui dirait une bonne angine et le stock de pastilles qui s'amenuise. Pas grave, on va aller en acheter. On se renseigne, par rapport à notre itinéraire, il faudra attendre 2 jours pour trouver une pharmacie. Oups, pas cool !!
 
Nous débutons la journée par un retour à Twee Palm. Le ranger à la gate est toujours le même et nous lui demandons si Jo va passer. Il nous répond que oui, mais a priori plutôt demain. Zut. Nous avions un peu anticipé cette éventualité et avions préparé un petit paquet (qui ne fasse pas trop argent dans une enveloppe) que nous laissons au ranger pour Jo. Il nous promet de lui donner.

L'a-t-il fait ? Nous ne le saurons jamais mais j'aime à croire que oui et que Jo a conservé son job et retrouver ses économies. Et au moins avons-nous notre conscience pour nous.
 
Nouveau passage de la barrière vétérinaire, 4 fois en 24h, ils commencent à nous connaitre et ne fouillent même pas la voiture, même si, avouons le, ils nous regardent bizarrement.
 
Direction Twyfelfontein, dans le Damaraland. Une région qui se caractérise par une grande variété de paysages avec ses cours d’eau souvent a sec, ses plaines immenses, ses massifs de granit flamboyants sous les rayons du soleil ou encore des cols spectaculaires.
 

Des cours d'eau à sec, justement, nous en emprunterons un, le lit de la rivière Huab juste après Vrede pour un petit peu de off-road en direction de Riet pour ensuite rejoindre un petit bout du Desolation Valley 4x4 trail puis Twyfelfontein par les bases arrières.
 
 
Nous traversons les concessions de Torra puis Doro Nawas, encore de vastes espaces qui se déroulent à l'infini.
 
 
Les éléphants ont laissé quelques indices de leur présence, certains semblant même plutôt frais, mais nous ne les verrons point.
 
 
Encore une région fascinante par sa nature sauvage et intacte.
 

 
Nous arrivons au Mowani Mountain Camp du temps de midi. Nous connaissons déjà ce lodge  pour y avoir séjourné il y a deux ans.

Les tentes sont toujours aussi belle, et la vue ...
 
 
Nous profitons de notre terrasse pour déjeuner.  Un agame vient nous tenir compagnie.
 

Bien que les cachets nous soulagent un peu, nous ne nous sentons pas d'attaque pour de grandes activités. Nous consacrerons l'après-midi, à une petite balade autour du lodge et à profiter de la piscine. Cet état léthargique ne nous ressemble pas, mais nous n'arrivons pas à faire plus.
 
Notre bungalow caché dans les boulders dans le soleil déclinant.
 

En fin de journée, direction le point de vue aménagé par le lodge pour assister au coucher de soleil.

Un cocktail,
 

une vue à couper le souffle et nous voilà confortablement installé pour profiter du spectacle.
 
 
Nos petits problèmes de santé ne nous ayant pas coupé l'appétit, nous dégustons ensuite un très bon diner.
 
La nuit sera ponctuée de quintes de toux. Les maux de gorge tombe sur les bronches, cela n'annonce rien de bons pour nos derniers jours.

Que du classique en France en hiver, mais dans l'hémisphère sud avec 40°, un peu moins !!!



Créer un site
Créer un site