Namibie (2016)


 


Palmwag Concession
The rhino day


Si nous sommes venus au Desert Rhino Camp, c'est, entre autre, pour suivre la piste des rhinocéros noirs, animal que nous n'avons pas encore eu la chance de voir depuis que nous visitons l'Afrique Australe (ou de très loin et de dos à Etosha il y a deux ans).
 
Le Desert Rhino Camp travaille en collaboration avec Save the Rhino Trust (SRT), association qui a pour mission de lutter contre le braconnage, de suivre l'évolution et de garantir la sécurité de la dernière population au monde de rhinocéros noirs vivant en totale liberté. Le lodge est d'ailleurs cogéré par Save the Rhino Trust. Une partie des bénéfices revient donc à la protection de cette espèce en voie de disparition.
 
Traquer les rhinos avec SRT, comment çà se passe ? Réveil à 4h30, déjeuner à 5h, départ à 5h30 de nuit pour environ 3h de pistes . La veille au soir, les consignes nous ont été données : ne pas utiliser de gel douche, déo ou parfum ce matin là. Les traqueurs de SRT parent 30mn plus tôt que nous. Leur mission pister ces énormes mammifères herbivores puis nous indiquer l'endroit où ils sont.

5h30, nous grimpons dans le 4x4, et c'est parti. Rhino seras-tu (serez-vous) là ?

Dans les phares du 4x4, nous apercevrons une hyène tachetée, un chacal et quelques springboks.

Alors que nous roulons depuis 2h30 sur les pistes défoncées dans le désert rouge rocailleux, les traqueurs nous informent qu'un rhinocéros a été aperçu. Notre guide se dirige vers la zone indiquée. Nous arrivons sur site, et en compagnie des traqueurs de SRT nous terminons le chemin à pied, à pas de velours, en silence, pour nous approcher au plus près des rhinos face au vent, les rhinocéros ayant un odorat très développé.

Nous marcherons environ 800m, en compagnie des traqueurs de SRT, avant de les apercevoir. Surpise, il n'y en a pas un mais trois, deux adultes (un mâle et une femelle) et un jeune.
 

Le jeune mâle a la corne coupée (le gouvernement namibien a pris cette mesure pour protéger ces animaux du braconnage, mais apparemment, il reviendrait sur cette décision, car l'efficacité n'est pas prouvée et que sans corne, le rhino est vulnérable, sans défense).
 
 

La femelle a toujours sa corne, et le petit ne la quitte pas d'une patte.
 

Les traqueurs, munis d'un petit carnet, prennent des notes sur chaque rhino vu. Ces données sont ensuite regroupées dans la base de données de SRT, qui est top secrète. 
Une corne de rhinocéros peut se négocier aux environs de 80 000 € le kilo au marché noir, on comprend donc que SRT ne souhaitent pas trop communiquer pour éviter la convoitise.

D'ailleurs, lorsque nous leur demanderons combien de rhinocéros ont été recensés dans le désert martien de Palmwag, nous ne pourrons pas avoir une réponse précise. Tout juste nous diront-ils entre 20 et 70, allant du bébé à 41 ans !!!

Un traqueur nous indique qu'un autre rhino a été aperçu à 500m de là.

Nous y allons le plus silecieusement possible, à pied. Il est allongé dans un bosquet d'herbes et semble dormir paisiblement.
 
 
Au total, 4 rhinocéros, nous avons été gâtés.
 
Après un déjeuner pris à l'ombre d'un arbre, nous regagnons le lodge vers 13h, l'une avec un coup de chaud (et les désagréments qui vont avec) et l'autre avec un mal de dos persistant, et pour tous les deux, des maux de gorges naissants. L'après-midi sera donc sieste et repos, et nous déclinons le drive prévu à 16h30, encore un peu patraque et vaseux.
 
Nous nous installons seuls au bord de la piscine. La vie est presque belle ...
 
 
On nous propose de nous préparer un private sundowner. Je vous laisse faire votre choix ...
 

Alors que tout le monde revient du drive, notre guide nous propose un "scorpio walk". Il y en a pour une petit demie heure dit-il. Peu motivés je dois le dire, nous nous joignons au groupe.

De scorpio il n'y aura point, mais un superbe bush diner oui ...
 

Dommage, nous n'avions pas pris les appareils photos avec nous (la photo est empruntée au site du Desert Rhino Camp).
 
Nous sommes accueillis par tout le personnel avec chansons et dansess, puis un excellent diner nous sera servi sous le ciel étoilé.

(Pour la petite anecdote, un groupe d'une dizaine de chinois est arrivé au lodge aujourd'hui. Alors que les autres convives se laissent emportés par les rythmes africains, tapent dans leurs mains et dansent, eux tout juste concèderont-ils un micro applaudissement à la fin. Par contre pour faire un concours du plus gros téléobjectif, ils sont champions !!!)
 
Nous passons une magnifique soirée à discuter avec notre guide. (Impossible de parler avec les chinois, ils ne parlentpas anglais !!)
 

 

>> J12. De Palmwag à Grootberg



Créer un site
Créer un site